Assises nationales de la pastorale de la santé

A la croisée des évolutions de la société, du monde de la santé et de l’Église, la pastorale de la santé cherche à ajuster toujours mieux la présence de l’Église auprès des gens en souffrance. Les assises nationales marquent une étape dans cette recherche

360 participants, parmi eux 54 prêtres et 24 diacres : les assises nationales de la pastorale de la santé se sont tenues à Lourdes, du 13 au 16 novembre 2018, en présence de Mgr Delmas, évêque d'Angers qui accompagne la réalité santé au nom de la Conférence des évêques de France.

 

Elles rassemblaient les équipes diocésaines de « pasto-santé » de 89 diocèses de France. Pour celui de Cambrai, nous étions 4 : Yannick Bégard, délégué diocésain pour la pastorale de la santé, Myriam Segond, responsable pour les aumôneries catholiques en établissements de santé, Marie-Anne Vaillant, pour les équipes de visiteurs en Ehpad privées et au domicile, Marie- Thérèse Griselain, en tant que témoin de sa situation de handicap et de l'accompagnement de ses parents en fin de vie.

 

Ce rassemblement est une étape qui fait suite à quelques dates importantes pour la pastorale de la santé :

  • en 1982, elle naissait du désir des évêques, avec l'enjeu d'articuler les aumôneries hospitalières avec le Service Évangélique des Malades, qui assure la visite à domicile et en Ehpad ;

  • en 2007 se constituait la Pastorale des personnes handicapées ;

  • en 2008, les premières assises prenaient acte de la mutation connue par les aumôneries hospitalières, notamment le passage d'un aumônier, souvent un prêtre, à une équipe dont le responsable pouvait être un laïc.

 

Les assises 2018 viennent asseoir la coordination entre ces diverses modalités de présence aux personnes en souffrance, qui se traduit dans les diocèses par l'équipe diocésaine de pastorale de la santé.

 

En terme de contenu, nous avons entendu Christoph Théobald sj, théologien, sur la dynamique de la mission de la pastorale de la santé, autrement la mission en tant que processus dynamique. Autre intervenant : Marc Grassin, philosophe, docteur en éthique médicale, qui nous a éclairés sur les mutations sociétales en cours dans le monde de la santé et sur la nécessité pour l’Église de s’y adapter.

A cela se sont ajoutés des témoignages, des tables rondes, un temps de travail en province, un autre entre responsables d'une même réalité ...et Léo le clown, divertissant autant que pertinent dans la reprise qu'il faisait des interventions !

 

Les assises ont été l'occasion de célébrer ensemble les 70 ans de la revue de la pastorale de la santé. Elle aussi a connu des évolutions, en passant du titre « AH » (comme Aumôneries Hospitalières) à « AH et SEM » (Service Evangélique des Malades), pour devenir au dernier numéro en date « Pastorale Santé , revue de la pastorale santé en établissement et à domicile. »

 

Quelques échos glanés dans le train du retour :

Sur l'ambiance :

Familiale ! Spontanément, envie de dire : « on se connaissait tous ! », et pourtant.... nous ne connaissions pas grand monde, voire personne, pour celles qui vivaient leur premier rassemblement national, mais nous sommes vite et facilement entrés en relation les uns avec les autres, portés par le partage d'une même mission...

Une parole en vérité : nous avons pu exprimer des remarques, des réserves, des désaccords... : pour exemple, le débat autour de la dénomination à donner à la pastorale des personnes handicapées ! L'écoute était au rendez-vous, comme le désir de progresser ensemble

La joie de sentir l'équipe diocésaine faire corps

La sensation de représenter le diocèse, en donner une image à travers nous

 

Sur le contenu :

« Les apports des intervenants font réfléchir », « les témoignages nous disent là où l’Église est intervenue, mais aussi là où elle reste appelée à être présente » « Heureux de l'intervention sur les mutations de la société : on l'entend peu » « la dimension sacramentelle des équipes » « nécessité, pour la mission au domicile, de travailler plus en paroisse et en doyenné pour rejoindre les gens concernés ».

Article publié par service diocésain Aumôneries des établissements de santé • Publié Mardi 20 novembre 2018 • 83 visites

keyboard_arrow_up